Comme promis, voici une nouvelle escapade d’un jour à Londres.

Pour cette nouvelle escapade d’un jour à Londres, nous quittons le West End. Je vous emmène dans la City de Londres. C’est en réalité le seul des 33 « boroughs », les arrondissements du Grand Londres à porter le nom de Londres. Fondée au premier siècle pendant ou juste avant l’occupation romaine (entre 43 et 47 après JC), c’est aussi la plus ancienne. Mais avant d’y pénétrer, nous allons traverser deux autres « boroughs », Tower Hamlets et Southwark. Aujourd’hui, le circuit que je vous propose fait un peu moins de 5 kilomètres à parcourir à pied, à votre rythme.

Notre escapade d’un jour à Londres commence à Tower Hill.

Tout commence donc à la station de Métro de Tower Hill sur District et Circle. En sortant, suivons la direction Tower of London. Un passage souterrain nous permet de nous y rendre en moins de 5 minutes sans traverser la route. Au passage, on aperçoit le London Wall. C’est vestige du mur d’enceinte construit par les Romains autour de Londinium à partir de la fin du deuxième siècle après JC. Cette enceinte d’environ 3 kilomètres pouvait à certains endroits atteindre 3 mètres d’épaisseur et 6 mètres de haut. Devant une statue de l’Empereur Trajan semble vous souhaiter la bienvenue.

La Tour de Londres.

 

La Tour de Londres

La Tour de Londres

De l’autre côté de la route, contournons la Tour de Londres par la droite, direction les rives de la Tamise (pour une visite de la Tour de Londres, il faut environ deux heures, le bureau de vente des billets et la file d’attente sont immanquables). Lorsqu’on passe un jour à Londres du côté de la City, c’est un must.

La construction de la Tour de Londres remonte au 11e siècle, après que l’Angleterre a été conquise par Guillaume le Conquérant (Bataille d’Hasting en 1066).

C’est la tour carrée au centre, the White Tower, qui a donné son nom à l’ensemble. Au fil des siècles, elle a servi de palais royal, d’armurerie, de ménagerie ou de prison. Aux alentours, nous croiserons certainement des Beefeaters. Les Yeomen Warders gardes de la Tour et leur uniforme caractéristique noir et rouge (rouge et or pour les cérémonies) portent le monogramme royal (EIIR pour Elizabeth Regina II).

Aujourd’hui, la Tour de Londres est l’une des attractions les plus populaires de la capitale où l’on peut admirer les joyaux de la couronne dont l’authenticité laisse plus d’un visiteur perplexe. Ceux qui franchiront l’enceinte rencontreront également Bran, Porsha, Erin, Melina, Munin, Hugine, Rocky, Gripp ou Jubilee, les corbeaux de la Tour. La légende raconte qu’il en faut en permanence six pour garder la forteresse. S’ils venaient à la quitter, la tour et le Royaume tout entier d’effondreraient à jamais.

London Bridge City, the Shard et Traitor’s Gate.

London Bridge City et The Shard

London Bridge City et The Shard

Avançons jusqu’au fleuve. D’ici la vue y est superbe ! De l’autre côté Southwark et plus précisément London Bridge City, avec à droite la silhouette de The Shard, immeuble néo-futuriste de près de 310 mètres de haut. Il été dessiné par Renzo Piano (co-architecte du centre Pompidou à Paris). Il est désormais indissociable du paysage londonnien et sur la gauche Tower Bridge.

Traitors' Gate

Traitors’ Gate

Avant le traverser le pont, arrêtons-nous un peu devant Traitor’s Gate, l’entrée des traîtres dont la construction remonte au 13e siècle. Le nom de cette porte monumentale ne laisse présager rien de bon. En effet, on amenait les prisonniers à la Tour de Londres par la Tamise sur des barges qui passaient sous le London Bridge. Là, on plantait sur des piques la tête des condamnés à la décapitation. Le nom, Traitor’s Gate, date lui-même du 16e siècle. Sous le règne des Tudor, il n’était pas bon de contrarier le Roi au risque d’être condamné pour trahison.

Tower Bridge.

 

"<yoastmark

Ce pont à bascule figure en bonne place parmi les monuments emblématiques de Londres. Sa silhouette particulièrement reconnaissable en a fait un véritable symbole. Ouvert en 1894, on pouvait y traverser le fleuve tout en laissant aux navires de commerce la possibilité de venir décharger sur les quais situés entre le London Bridge et la Tour de Londres. Le pont se visite. Tower Bridge Exhibition permet de découvrir l’intérieur et offre une vue splendide sur la ville.

London Bridge City.

Sur la rive sud de la Tamise, nous changeons d’arrondissement. Nous sommes maintenant à Southwark. Là encore la vue est grandiose, sur l’autre rive et la Tour de Londres, Tower Bridge et la City et ses gratte-ciels : The Pinnacle, haut de 288m dont le surnom est Helter Skelter (le toboggan), The Leadenhall Building qui mesure 224m et qu’on appelle aussi la râpe à fromage. On trouve également le walkie-talkie (20 Fenchurch Street), le cornichon (30 St Mary Axe) et le scalpel (52 Lime Street).

La City of London vue de London Bridge City

La City of London vue de London Bridge City

 

London City Hall.

London City Hall

London City Hall

Juste à côté de nous, City Hall. C’est le siège du Greater London Authority. Sir Norman Foster, un des architectes britanniques les plus prolifiques de sa génération en a dessiné les plans. Dans le monde, on lui doit également le dôme en verre du Bundestag à Berlin, la Torre Caja à Madrid ou bien encore le Viaduc de Millau. Les fans de James Bond reconnaîtront l’escalier hélicoïdal utilisé comme décor dans le nouveau bâtiment fictif du M6 dans« Spectre ». Ses différents occupants lui ont donné de jolis surnoms. « Testicule de verre » pour Ken Linvingstone (maire de Londres 2000-2008) et « gonade de verre », ce qui revient un peu au même, pour Boris Johnson (maire de Londres 2008-2016). Plus sobrement, certains l’appellent également l’oignon. Juste à côté de City Hall, nous passons à côté de The Scoop, amphithéâtre en plein air.

HMS Belfast et Hay’s Galleria.

HMS Belfast

HMS Belfast

Continuons vers London Bridge par Queen’s Walk. Le navire de guerre amarré au quai est le HMS Belfast. C’est un croiseur léger qui s’est illustré pendant la seconde guerre mondiale et la guerre de Corée. Désarmé en 1963, c’est grâce à un trust privé qu’il est devenu un navire-musée en 1971, évitant ainsi de justesse un démantèlement inexorable. Aujourd’hui, il fait partie intégrante du décor.

Hay's Galleria

Hay’s Galleria

Plus loin, découvrons Hay’s Galleria. Cette brasserie du 17e siècle a été convertie en quai fermé au 19e siècle. C’est dans les années 1980, en pleine reconversion urbaine, que l’endroit a été transformé en galerie marchande. Il faut ici admirer la magnifique structure de toit en verre. Quand on passe un jour à Londres pendant les fêtes de Noël, il ne faut pas rater le marché de Noël de London Bridge City.

London Bridge, le plus ancien pont de Londres.

London Bridge

London Bridge

Notre balade continue et nous arrivons sur London Bridge. Il faut remonter aussi loin que l’époque romaine pour trouver un pont sur cet emplacement. C’est en fait le tout premier pont à avoir été construit à Londres. Depuis, beaucoup d’autres ponts se sont succédé ici. C’est le Roi Henry II, le bâtisseur, qui a fait construire le premier pont en pierre au moyen-age. A l’époque, plus qu’un moyen de traverser le fleuve, London Bridge était une partie de la ville avec ses immeubles, ses boutiques et… ses latrines publique.

La petite histoire de London Bridge.

Après plus de 600 ans de bons et loyaux services Old London Bridge fût démoli. Une construction plus adaptée aux besoins de son époque s’avérait nécessaire. A la fin des années 1960, devenu à son tour obsolète, il subit un sort beaucoup plus enviable, car il fût mis… en vente. Démonté pierre par pierre, le pont a pris le bateau pour les Etats-Unis. C’est plus précisément à Lake Havau City dans l’Arizona qu’il a été reconstruit et renforcé avec du béton. Bien qu’il l’ait démenti dans une interview à un journal, la légende veut que l’acheteur, un riche américain, se soit « trompé » de pont, croyant acquérir l’impressionnant Tower Brige.  Le pont actuel a été inauguré en 1973 par la Reine Elizabeth II. C’est au milieu du pont que nous arrivons dans la City of London.

Monument.

The Monument

The Monument

Légèrement plus loin sur la droite, dans Monument Street, se trouve une colonne dorique de 62 mètres de haut. Elle se termine par une urne dorée et se situe à 62 mètres de l’échoppe de Thomas Farynor, boulanger du Roi Charles II. C’est là-même que le Grand Incendie de Londres a démarré le 2 septembre 1666. La colonne commémore l’un des événements majeurs de l’histoire de Londres, intervenant lui-même après la grande épidémie de peste de 1665. On l’appelle simplement The Monument.

La cathédrale St-Paul.

Plus loin, à la station de métro Monument, nous tournons à gauche sur Cannon Street. A dire vrai, cette rue bordée d’immeubles est assez austères. Elle n’a de véritable attrait que de nous mener au terminus de notre escapade d’un jour à Londres : la cathédrale St-Paul qui déjà se dessine au loin. Une escapade d’un jour à Londres du côté de la City serait incomplète sans elle.

La Cathédrale St-Paul

La Cathédrale St-Paul

La Cathédrale St-Paul actuelle a été construite après que l’ancien édifice a été détruit lors du Grand Incendie de 1666. Il s’agit de la cinquième cathédrale construite sur cet emplacement. Le feu en a détruit trois (la première au 7e siècle, la troisième au 11e siècle et la quatrième en 1666). Les Vikings ont détruit la seconde au 9e siècle. C’est le chef d’œuvre de l’architecte Sir Christopher Wren. Le roi Charles II lui avait confié la mission de reconstruire la ville après l’incendie. Le dôme s’inspire largement de celui de la basilique St-Pierre de Rome.

Durant les bombardements du Blitz qui ont frappé Londres pendant 57 nuits consécutives en 1940, pas moins de 29 bombes incendiaires ont touché la Cathédrale qui a miraculeusement été préservée. C’est principalement grâce à un groupe de sentinelles. Des volontaires auxquels Winston Churchill, alors Premier Ministre, avait confié la tâche de protéger l’édifice. Sur Jubillee Walkway, de l’autre côté de la route derrière le petit bosquet, une statue leur rend hommage.

La visite guidée de Londres est loin d’être finie.

Ainsi s’achève notre nouvelle visite guidée de Londres. Mais il en reste encore tant à voir ! Il faut que je me remette au travail très vite pour vous offrir une nouvelle escapade d’un jour à Londres. Comme disent les Anglais, « Stay Tuned », restez branchés sur jonathanfrank.fr.

Une escapade à Londres du côté du West End.

London Bridge